Liberté de la presse : Rapport annuel 2013 de « Reporters Sans Frontières » sur l’état de la liberté de la presse dans le monde


par Mamadou Meité


     Le rapport annuel 2013 de Reporters Sans Frontières dresse un tableau complet de la situation de la liberté de la presse dans le monde. A l’aide d’une méthodologie explicite et d’un inédit « indice annuel de la liberté de la presse », ce rapport permet de constater combien la liberté d’informer bénéficie d’une protection fluctuante sur la surface du globe. Elle n’est nulle part un acquis irréversible, mais au contraire un bien précieux qu’il importe de préserver constamment.


     Reporters Sans Frontières (RSF) vient de rendre public son rapport annuel 2013 sur l’état de la liberté de la presse dans le monde. Dans ce rapport de 28 pages, cette ONG, qui a forgé sa sérieuse réputation à la faveur d’un plaidoyer perpétuel pour un journalisme libre, dépeint une liberté de la presse dont l’effectivité semble subordonnée à des réalités et contingences existantes dans les zones géographiques analysées : Afrique, Amériques, Asie, Europe. A cet égard, à l’effet de mieux percevoir la condition du droit de l’homme à une presse non embastillée, RSF a fondé pour la première fois un indice annuel de la liberté de la presse. Cet outil analytique, fondé sur une méthodologie expliquée et vérifiable, favorisera une bonne appréhension de la liberté d’information.


     Les  métaphores affluent pour mettre en exergue la primordialité de la liberté de la presse : « chien de garde de la démocratie » pour le juge européen des droits de l’homme (v. ainsi Cour EDH, G.C. 14 septembre 2010, Sanoma Uitgevers B.V. c. Pays-Bas, Req. n° 38224/03, § 50 – ADL du 14 septembre 2010) ou « quatrième pouvoir » pour d’autres. Au-delà de ces exercices sémantiques, il reste incontestable qu’une « société ouverte » requiert une bonne protection de la liberté d’informer. La compréhension de cette évidence ne semble pas être la même partout selon que l’on soit en Afrique, en Amérique, en Asie ou en Europe.  En effet, à l’aune du récent rapport de RSF, l’attitude de certains Etats, représentatifs chacune des aires géographiques précédemment citées, révèle que les pouvoirs publics peinent parfois à « prendre au sérieux » cette liberté d’information.


     En premier lieu, l’Afrique présente une situation fortement contrastée. L’état de la liberté de la presse y est le reflet de la démocratisation inaboutie de plusieurs États. Ainsi, n’est-il guère surprenant de voir des États comme la Gambie, l’Érythrée, la monarchie du Swaziland afficher un bilan annuel sombre. Le cas du Rwanda et de la Guinée Équatoriale qui, également, méprisent la liberté d’information est éloquent alors que ces deux pays arborent une réussite économique enviable en Afrique. Cette posture idéologique opposée au respect des libertés formelles et qui influence la gouvernance politique est bien sûr regrettable. Outre ce groupe d’Etats autoritaires, et à rebours de l’an passé, plusieurs quasi-démocraties africaines où la liberté de la presse était mieux prise en compte semblent avoir reculé dans ce classement 2013. Il s’agit notamment du Tchad, du Zimbabwe, du nouvel Etat du Soudan du Sud, du Cameroun, du Burundi. A côté de ces exemples, un autre groupe d’Etats, dont le Libéria, le Sénégal et la Côte d’Ivoire, a accompli des efforts louables aux fins de rendre effective la liberté de la presse. Les démocraties comme le Ghana, le Cap vert, la Namibie font toujours figure de bons élèves.


     En deuxième lieu, en Amérique, la Jamaïque devance dans ce rapport les Etats-Unis et le Canada. Etat le mieux noté du continent américain, la presse semble y jouir d’une situation plus favorable que dans les deux pays nord-américains. Ce fait prouve que l’effectivité de la liberté de la presse n’est nullement liée à « la richesse des Nations ». Parmi les pays latins de l’Amérique, Cuba, dans le prolongement du régime castriste qui y perdure, reste le plus allergique à la liberté de l’information. Outre ce pays, le Mexique conserve sa mauvaise réputation de pays le moins respectueux de la liberté de la presse parmi les États démocratiques de la région. Ce pays de l’OCDE reste derrière les grandes puissances régionales que sont le Brésil et l’Argentine. Sans surprise, le Costa Rica, siège de la Cour interaméricaine des droits de l’homme, demeure le pays le plus libéral de l’Amérique latine.


     En troisième lieu, l’Asie tend à rester fidèle aux vues conservatrices et autoritaires de l’ancien Premier Ministre Lee Kwan Yew de la florissante cité-Etat du Singapour et de l’ancien Premier Ministre Malais Mahatir Mohamed. Elle n’est donc guère un lieu favorable à l’effectivité de la liberté de la presse. Ainsi, le Vietnam demeure la deuxième prison au monde des net-citoyens derrière l’Empire du Milieu. En Chine, il est à espérer que les tentatives d’ouverture de Xi Jinping se poursuivent. Il reste vrai qu’au début de son mandat M. Hu Jintao avait également pratiqué quelques ouvertures avant de se renfermer sur lui-même au détriment de la presse. La Birmanie, ancienne dictature militaire et proche alliée de la Chine, ne paraît pas suivre la politique du politburo chinois dans le domaine de la liberté de la presse. En effet, les dirigeants birmans appliquent une sorte de perestroika qui favorise une meilleure sauvegarde de la liberté de la presse. Pour preuve, plusieurs changements cités par MSF sont symptomatiques de cette volonté réformatrice : libération de tous les journalistes et cyber dissidents, abandon de la censure préalable, autorisation de retour pour les médias en exil… Le cas des pays arabes de la zone comme la Syrie et le Sultanat d’Oman restent préoccupants.


     En quatrième lieu, l’Europe, sans surprise, présente un meilleur tableau. Exceptés les cas de la Grèce et de la Hongrie, les pays européens attachent une grande importance à la liberté de presse, comme en témoigne les données de ce rapport 2013. Toutefois, le Belarus et l’Azerbaïdjan n’évoluent pas dans un sens favorable. Par ailleurs, les pays eurasiatiques comme la Turquie et la Russie développent toujours une conception bien particulière de la liberté de la presse, le droit à l’information dans ces deux puissances moyennes n’y étant guère pleinement respecté.


*

*         *


     Somme toute, il importe de retenir de ce Rapport 2013 que l’effectivité de la liberté de la presse est contingente. Elle n’est point un acquis irréversible. Elle reste soumise aux facteurs politiques, économiques voire sociaux que chaque pays traverse. Les cas de la Grèce, de la Syrie et du Mali  le prouvent. Au regard de cette évidence, en paraphrasant la devise de MSF, parce que la liberté de l’information est précieuse, il convient de la protéger. La démocratie l’exige.


Reporters Sans Frontières – Rapport annuel 2013 sur l’état de la liberté de la presse dans le mondeCommuniqué et carte de la liberté de la presse


Pour citer ce document :

Mamadou Meité, « Rapport annuel 2013 de “Reporters Sans Frontières“ sur l’état de la liberté de la presse dans le monde » [PDF] in Lettre « Actualités Droits-Libertés » du CREDOF, 1er février 2013.


Les Lettres « Actualités Droits-Libertés » (ADL) du CREDOF (pour s’y abonner) sont accessibles sur le site de la Revue des Droits de l’Homme (RevDH)Contact

Publicités

4 Trackbacks to “Liberté de la presse : Rapport annuel 2013 de « Reporters Sans Frontières » sur l’état de la liberté de la presse dans le monde”

%d blogueurs aiment cette page :