Conseil des droits de l’homme (ONU)

par Samira Clady-Farid

Le Conseil des droits de l’homme a clos le matin du 4 mars le débat de haut niveau qui a inauguré sa principale session annuelle et auquel ont participé des hauts dignitaires de près de 70 pays.                   

–   Dans sa déclaration d’ouverture, la Haute-Commissaire aux droits de l’homme, Mme Navi Pillay a rappelé que la pauvreté, l’impunité, les conflits armés et l’autoritarisme ne cessaient de compromettre le bien-être et les droits d’innombrables victimes ; elle a également souligné que les impératifs d’une gestion équitable des migrations et de la lutte contre le terrorisme dans le cadre des droits de l’homme et dans le respect de la légalité apparaissent comme des objectifs tout aussi fondamentaux. 

–   Parmi les intervenants, la Secrétaire d’État chargée des affaires étrangères et des droits de l’homme de la France a souligné la nécessité de corriger certains dysfonctionnements constatés lors de la dernière session du Groupe de travail chargé de l’Examen périodique universel ; « il en va de la crédibilité et de l’efficacité de cet exercice« , a-t-elle indiqué. Le Conseil des droits de l’homme peine encore à s’affirmer, à peser sur les évolutions, à participer à la protection efficace des individus, regrette la France. La secrétaire d’Etat a par ailleurs évoqué la situation des femmes dans le monde s’étonnant qu’un seul mandat concerne les droits des femmes ; elle a également indiqué qu’il convenait de créer un mécanisme contre les lois et pratiques discriminatoires à l’égard des femmes.

–   Au nom de l’Union européenne, le Ministre des affaires étrangères de la République tchèque s’est pour sa part demandé si les lacunes de l’ancienne Commission avaient bien été comblées, indiquant que  «le but devant être de faire mieux, pas plus». Afin que le Conseil garde présent à l’esprit son mandat premier concernant les droits de l’homme, l’Union européenne s’attachera au renforcement des procédures spéciales.

Le mécanisme de l’examen périodique universel, ses atouts et ses lacunes, ainsi que la place encore limitée des femmes dans la problématique des droits de l’homme ont été abordés par plusieurs orateurs. D’autres ont notamment tenu le Conseil informé des progrès réalisés dans leurs pays respectifs, ainsi que des grandes orientations que leurs gouvernements entendent donner à leurs politiques en matière de droits de l’homme. D’une manière générale, les délégations se sont réjouies de la forte participation à ce débat et certains d’entre eux ont plaidé pour un renouvellement de l’engagement de tous en faveur de l’universalité des droits de l’homme et pour l’élimination des considérations politiques nuisibles aux travaux du Conseil.

–  Le Conseil a tenu, le 4 mars après-midi, un débat général au cours duquel de nombreux représentants d’États, d’organisations intergouvernementales, d’institutions nationales des droits de l’homme et autres représentants de la société civile ont fait des déclarations. Il se saisira demain du rapport annuel de la Haute Commissaire aux droits de l’homme, Mme Navi Pillay, avec laquelle il s’entretiendra dans le cadre d’un dialogue interactif.

 

Page principale de la 9ème session

http://www2.ohchr.org/french/bodies/hrcouncil/10session/index.htm

Ordre du jour :

http://www2.ohchr.org/english/bodies/hrcouncil/10session/ood.htm   La documentation pour la 10ème session du Conseil des droits de l’Homme  http://www2.ohchr.org/english/bodies/hrcouncil/10session/reports.htm

Nouveau : Programme de travail

http://www2.ohchr.org/english/bodies/hrcouncil/docs/10session/PoWMarchsession.doc

Pour citer le document :

Samira Clady-Farid,  » Conseil des droits de l’homme (ONU) « , in Lettre « Actualités Droits-Libertés » du CREDOF, 4 mars 2009.

Publicités