Liberté d’expression et Liberté de la recherche

par Sylvia Preuss-Laussinotte

 

LIBERTE D’EXPRESSION

Le Conseil de l’Europe a publié une Recommandation sur le droit de réponse dans le nouvel environnement des medias.

http://www.coe.int/T/F/Com/Presse/Actualite/2004/rec(2004)16.asp

LIBERTE DE LA RECHERCHE : LA QUESTION DES BIOTECHNOLOGIES

Selon un rapport du 27 janvier 2005 sur « La place des biotechnologies en France et en Europe » par Jean-Yves LE DÉAUT : « la France et l’Europe décrochent dans le domaine des biotechnologies (…) Les emplois de demain dépendront de nos points de force en intelligence logicielle, dans les nanotechnologies, les biotechnologies ou les écotechnologies. L’économie du XXIème siècle sera une économie de la matière grise »(!!)

Soulignant l’ambiguïté de l’attitude de l’opinion publique européenne très défavorable aux biotechnologies dans le domaine alimentaire (lutte contre les « OGM » dans l’agriculture), et très favorable à leur utilisation dans le domaine médical, le rapport émet des réserves sur les réglementations (jugées trop contraignantes) : lois de bioéthique, loi informatique et libertés françaises, mais aussi réglementations édictées en matière de protection des animaux qui, au Royaume-Uni notamment, « constitue(nt) une préoccupation éthique importante, tandis que le clonage y est autorisé. » S’arrêtant sur la question des OGM végétaux, tant débattue en France, le rapport est très critique : «Il est évident que la stratégie des détracteurs des OGM est simple. En rendant la réglementation de plus en plus sévère, ils veulent bloquer l’utilisation totale de la technologie (…) De plus, un certain nombre de pays du Nord ou du centre de l’Europe ne seraient pas mécontents de porter des coups à l’agriculture française qui coûte, d’après eux, trop cher aux finances européennes. »

Le rapport est favorable à la constitution de biobanques, tout en insistant sur la nécessité d’une loi précisant mieux « le droit à l’intimité génétique », limitant strictement l’accès à des données individuelles du génome à certains cas bien définis et réglementant les échanges internationaux de données génétiques. Le rapport conclue que « sous réserve d’un examen d’opportunité au cas par cas, les biotechnologies vertes nous permettront de rester un grand pays agricole et constitueront un atout dont notre pays doit bénéficier pour assurer la croissance, donc les emplois de demain. »

http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-off/i2046.asp

A propos des « biobanques », avis du Comité national d’éthique : Problèmes éthiques posés par les collections de matériel biologique et les données d’information associées : biobanques, biothèques

http://www.ccne-ethique.fr/francais/start.htm

Pour citer :

Sylvia Preuss-Laussinotte, « Liberté d’expression et Liberté de la recherche », in Lettre « Actualités Droits-Libertés » du CREDOF, 13 février 2005.

Advertisements